Risque de conduire un scooter ou une moto ou une voiture ?

0
348

J’ai conduit un certain nombre de véhicules à deux roues avec des moteurs, de très petits à assez gros. Avec la mise en garde que cela dépend du type de route sur laquelle vous vous trouvez, je me sens beaucoup plus en sécurité sur une plus grosse machine. C’est probablement parce que je veux pouvoir rouler dans n’importe quel trafic, sur n’importe quelle route, et mon quartier est délimité de tous côtés par des routes de 45MPH+ où les gens font souvent 60MPH.

Ai-je conduit mon scooter à sa vitesse maximale de 53 mi/h sur ces routes ? Bien sûr, mais très prudemment. Lorsque vous atteignez la vitesse maximale d’un cycle, votre sécurité diminue considérablement, car vous devez pouvoir accélérer hors de danger plus souvent que vous ne devez freiner pour éviter le danger. Si votre machine a une vitesse de pointe de 50 mi/h, elle est idéale pour les croisières dans le quartier, au dépanneur ou dans les zones urbaines où la circulation dense empêche les vitesses élevées.

Au-delà, le poids de la moto compte beaucoup. Les scooters et les petites motos sont légers et s’éjaculeront lors de la conduite à grande vitesse ou par vent fort. Mon scooter n’a pas très bien roulé à sa vitesse maximale, et ma GS425 a commencé à être inconfortable vers 80 ans. J’ai un gros cruiser maintenant, et 90MPH semble à peu près la même chose que 50.

En ce qui concerne ces histoires d’accident : les gens aiment raconter ces histoires comme des exemples de « comment les motos vont vous tuer », mais il n’y a tout simplement pas assez de détails pour faire cette évaluation basée sur des anecdotes. Ce qui n’est souvent jamais pris en compte, c’est : « Quel aurait été l’incident si le motocycliste avait été dans une voiture à la place ? » Les accidents qui causent des blessures graves aux motocyclistes causeraient probablement des blessures graves aux automobilistes également.

Les statistiques sont délicates aussi. Ils ne font pas la distinction entre les accidents de moto où le motocycliste était sobre, éveillé, prudent, équipé (bien qu’il y ait des statistiques sur le port du casque ou pas de casque) et les accidents où le motocycliste était ivre, endormi, en tongs, à grande vitesse (une vitesse excessive est possible sur plusieurs motos) et en hot dog. Ne fais pas l’imbécile et tu risques de t’écraser.

En outre, même si les statistiques indiquent que les accidents de moto sont 35 fois plus mortels que les accidents d’automobile (encore une fois, y compris les connards susmentionnés), le nombre de tués par kilomètre parcouru est assez faible.

Pourtant, un accident de moto comporte plus de risques qu’un accident d’automobile, peu importe les précautions que vous prenez. Lorsque vous songez à conduire une voiture, il y a beaucoup de conseils sur « ce qu’il faut faire quand vous êtes en situation X » – dérapage, aquaplanage, crevaison, quelqu’un s’arrête devant vous, esquive des obstacles, etc. Bien qu’il soit toujours important de savoir quoi faire dans ces situations sur une moto, il est dix fois plus important de savoir comment ne pas se retrouver dans ces situations. La connaissance de la situation est tout sur deux roues.

Mais je m’écarte du sujet.

Les scooters sont vraiment amusants, mais sachant ce que je sais, je choisirais une moto à chaque fois. Pour le prix d’un scooter décent, vous pouvez aussi vous procurer une moto décente – et la moto sera plus lourde, plus stable (sur des roues plus grosses), aura une vitesse de pointe plus élevée (pour votre sécurité, vous n’avez pas à l’utiliser tous les jours), et sera mieux adaptée pour prendre un passager si cela compte pour vous.

En ce qui concerne le danger, c’est un calcul risque/rendement. J’obtiens beaucoup de récompense de mon moto, et je cherche à minimiser mes risques en roulant dans mes limites, en étant prévisible et visible, et en exerçant ma conscience de la situation. J’ose dire que la moto a fait de moi un meilleur conducteur de voiture, aussi.